L’objectif général du projet est d’identifier les patrons de distribution de la biodiversité diatomique comme une résultante de la qualité de l’eau, de sa circulation, et de son interaction aux roches traversées. Ce travail permettra de mettre en évidence des indicateurs de la qualité des eaux, en distinguant les contrastes de qualité de l’eau liés à un impact anthropique et ceux liées aux différents types de roches traversées. En effet, les sources impactées présentent des différences de communautés algales mais ce n’est pas toujours le cas. Les analyses complémentaires, que nous effectuerons, permettront de mieux comprendre les mécanismes des remontées profondes et les potentielles conséquences sur la biodiversité.

 

Nous avons choisi parmi les émergences déjà étudiées, deux source sans pression anthropique et deux présentant une pression assez forte sur le bassin d’alimentation (pressions agricoles et émergences dans une ville) avec des différences de contextes géologiques.

Nous cherchons à estimer l’effet des pressions sur la qualité des eaux et la biodiversité des sites choisis via l’utilisation d’analyses physico-chimiques, permettant de caractériser géologiquement les conditions d’émergence dont les potentiels mélanges eau de surface – eau profonde et, de bio-indicateurs (diatomées). Le choix des éléments chimiques analysés sera conduit de façon apprécier l’intensité de la pression agricole (dosage des nitrates et phosphates) et de la distinguer de l’effet des roches traversées par l’eau de source avant résurgence, appréciée via le dosage des éléments traces et du strontium. En effet, les traces comme l’arsenic ou le fluor sont des traceurs d’eau minérale profonde et le strontium, présents dans les formations du socle, permet d’identifier les interactions eau / roches mais également la part de l’eau de surface dans les remontées profondes. Afin de compléter la caractérisation des eaux, une mesure de la quantité de gaz dissous sera effectuée in situ (méthode Karat).

Le 22 novembre 2018: échantillonnage de la source Fontaine salée

 

Le 23 novembre 2018: échantillonnage à Châtelguyon dans un contexte urbain, à la source du Sail (Mirefleurs (contexte agricole) et à la source Tête de Lion de St-Floret.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web